Ce jeudi 10 janvier, une réunion cimetière a été organisée par le Commune pour expliquer le changement (obligatoire) de gestion de ce patrimoine. Voici mes notes.

Etaient présents: JJM (bourgmestre), Mariève Bertrand (échevine), Daniel Burnotte (échevin), Bernadette Tillieux (en charge des cimetières à Ramillies), les 6 ouvriers communaux (“qui font un excellent boulot”), et Xavier Deflorenne (monsieur cimetière de la Région Wallonne), et 60-70 personnes !

La soirée s’est divisée en 2 parties, un exposé de Xavier Deflorenne, et une session de questions-réponses.

 

En résumé:
  • Au fur et à mesure des années, la gestion des cimetières est passée sous la responsabilité de la commune, avec de nouvelles obligations à respecter.
  • Si le respect des défunts est très important, la gestion des emplacements et de l’économique sont à ne pas perdre de vue.
  • Actuellement la plus part des cimetières sont insalubres et sur-peuplés.
  • Au cimetière d’Autre-Eglise il est prévu d’exhumer 250 dépouilles “à l’abandon” pour les déposer dans l’ossuaire.
En vrac, un résumé de ce qu’a dit Xavier Deflorenne:

Un cimetière c’est le centre d’un village“.

  • Constat de l’état des cimetières en général:
    • Insalubrité, état parfois désastreux, avec des dangers pour les usagers (tombes qui s’affaissent)
    • Surpopulation, avec parfois des tombes dans les allées (gestion chaotique)

Le cimetière c’est un outil qui nous sert à faire notre deuil“.

 

crédit photo: Daniel Burnotte

  • 2009: La Région décide que la Commune doit gérer son cimetière.
  • 2013: “Zéro pesticides” pour l’ensemble des cimetières en 2019.
  • La Région offre des outils. Une formation que certains de nos ouvriers communaux ont suivi. Ils ont maintenant le “diplôme fossoyeur”.
  • Obligations pour la commune
    • 1971: les concessions à perpétuité disparaissent. Max 50 ans, puis max 30 ans. C’est le cas à Ramillies.
    • Les règlements communaux doivent suivre la législation de la Région pour la gestion des cimetières.
    • Vectorisation et cartographie des cimetières, afin de gérer efficacement les emplacements et l’évolution.
    • Obligation d’installer un ossuaire fermé par site funéraire, et gestion des ajouts via un registre.
    • La commune ne peut pas raser les monuments funéraires non entretenus sans autorisation de la RW.
    • 3 structures supplémentaires doivent être prévues, une parcelle de dispersion, un columbarium, une zone d’inhumation des urnes. Chaque structure a ses règles strictes. Le beau est une bonne idée, le respect est de rigueur.
    • Obligation de reconnaissance du deuil ante-natum. Une “parcelle des étoiles” doit exister et dans un endroit respectueux.
    • Dresser une liste des sépultures avec une importance historique locale (la population est typiquement la bienvenue pour ce travail de mémoire).
  • Le but est une volonté claire de rétablir une gestion effective et cohérente des sites funéraires. Les notions de respect et socio-économique ont été évoqués.

Le pire cimetière jamais vu? Celui de Huppaye quand on avait rasé la haie.

Raser l’église d’un village, c’est un village qui a perdu son âme“.

 

Les sujets des questions – réponses:
  •  Un parking pour Grand-Rosière + un accès “mobilité réduite”.
  • Il n’y a pas de columbarium à Bomal
  • Le cimetière de Mont-Saint-André est dangereux (vieilles tombes, mur). Une réunion a déjà eu lieu.
  • L’entretien des tombes privées est à charge de la famille. Discussion relative avec les victimes de guerre.

“La réunion de ce soir est aussi un message pour que les habitants s’impliquent. N’hésitez pas à contacter Bernadette, l’échevin, le bourgmestre, la fabrique d’église.”

 

Après la réunion:

Pour l’instant, l’ossuaire est prévu avec l’exhumation de 250 corps.

 

Share This